Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GALERIE BLOG de Phil'zard - atelier-ensemble
GALERIE BLOG de Phil'zard - atelier-ensemble
Menu
France Culture: Signac : qu'avait-il dans l'œil ?

France Culture: Signac : qu'avait-il dans l'œil ?

Un étrange trio amoureux, une inventivité coloriste révolutionnaire, l'amour pour Saint-Tropez qu'il découvrira en voilier, l'admiration pour l'œuvre d'autres peintres qu'il collectionnera : la vie de Paul Signac a comporté de nombreuses passions.

"Le Nuage rose", vue de Venise par Paul Signac, 1909
"Le Nuage rose", vue de Venise par Paul Signac, 1909 Crédits : Fine art - Getty

À la différence de son ami et mentor Georges Seurat qui était naturel réservé, Paul Signac montrait, dès sa jeunesse, un enthousiasme et une extraversion qui le plaçaient au centre des groupes qu'il fréquentait. Ces qualités sociales associées à l'envie précoce de collectionner la peinture de ses maîtres et de ses pairs ont permis à Paul Signac de réunir autour de lui un aperçu instructif des différents mouvement de la peinture moderne qui se côtoyèrent des années 1880 à 1935, date de sa disparition. Dans l'exposition consacrée par le Musée d'Orsay à "Signac collectionneur", on pouvait ainsi voir des toiles de Claude Monet, Paul Cézanne ou d'Armand Guillaumin pour les prédécesseurs, de contemporains comme Henri-Edmond Cross, le peintre libertaire Maximilien Luce ou Theo Van Rysselberghe, et même certaines œuvres de la génération qui le suivit : Albert Marquet, Kees Van Dongen ou Henri Matisse... Autant d'exemples qui montrent l'éclectisme dont fit preuve Paul Signac dans ses goûts.

(...)

La vie du peintre n'a toutefois pas seulement été guidée par le travail et l'admiration pour l'œuvre des autres : la passion pour la peinture n'exclut certainement pas, chez lui, la passion amoureuse. Ainsi, tandis qu'il restera toute sa vie marié avec Berthe Roblès (qu'il avait rencontré à 22 ans), Paul Signac aura en 1913 une fille avec Jeanne Selmersheim-Desgrange, Ginette. Dès lors, il consacrera tous ses efforts à assurer la subsistance de ses deux familles, et notamment à mettre sa fille illégitime à l'abri. Sa fille biologique avec Jeanne deviendra ainsi sa fille adoptive avec Berthe, et, lorsque Paul Signac disparait, la famille restera prise dans cette composition étrange. En 1936, la naissance de Françoise, la fille de Ginette qui deviendra plus tard directrice du Musée d'Orsay et éminente historienne de l'art, contribuera à souder davantage Jeanne et Berthe.